L'émigration pour la logistique

Christian Broersma est entré en contact avec DACHSER aux Pays-Bas pour la première fois lors de son stage de fin d'études. Aujourd'hui, il travaille pour DACHSER Luxembourg et est lui-même un employé international dans une entreprise familiale internationale.

L'émigration pour la logistique.

En quatrième année de sa formation en logistique et commerce, Christian a effectué son stage de fin d'études chez DACHSER à Waddinxveen. Avec un collègue du lycée professionnel de Rotterdam, il a fait des recherches sur le degré d'utilisation de la capacité de l’entrepôt et sur l'aménagement de l'entrepôt. Christian a fait de détours pour finalement arriver chez DACHSER. « Après mon dernier stage, j'ai décidé de faire d'abord autre chose pendant un an et demi. J'ai été chauffeur de camion international et j'ai ensuite passé trois mois à voyager en Nouvelle-Zélande et en Australie. Entre-temps, j'ai toujours été en contact avec le DACHSER Waddinxveen, et après ces 1,5 années, j'ai commencé la formation interne « Job Rotation Program ». Au cours de cette formation, vous travaillez dans chaque département pendant quelques mois et apprenez ainsi à connaître DACHSER et le fonctionnement de l'entreprise. En deux ans, j'ai travaillé dans presque tous les départements, dont les six derniers mois étaient consacrés à la planification des exportations ».

Christian a toujours été intéressé par les nouveaux défis et était ouvert à travailler à l'étranger. L'opportunité s'est rapidement présentée et après le « Job Rotation Program ». Christian a changé vers l'agence DACHSER au Luxembourg. La décision d'émigrer pour travailler n'est pas prise à la légère, c'est pourquoi Christian a d'abord visité le site Grevenmacher pendant une semaine. Après cette semaine, il a fait le grand saut, s'est installé en Allemagne et a commencé à travailler au Luxembourg. Un an plus tard, sa petite amie a obtenu son diplôme aux Pays-Bas, puis a déménagé pour vivre avec Christian.

À Grevenmacher, suivi d'une formation au cours de laquelle il a acquis de l'expérience dans les services opérationnels avant de se retrouver dans le service des exportations au bout de six mois. Christian est chef d'équipe de ce département depuis un an et demi. « Je suis actuellement responsable de la planification internationale, y compris des services de lignes de groupage et aussi des transports Cargoplus/Charter ». Une grande différence par rapport à la situation aux Pays-Bas était bien sûr la langue. « Sur le site de Grevenmacher, la langue de travail est l'allemand, et j'étais déjà assez doué pour cela, donc parler et écouter n'a pas été un problème dès le début. L'écriture et la grammaire correctes étaient plus difficiles pour moi, mais on apprend cela relativement vite quand on y est confronté tous les jours. Bien entendu, on ne cesse jamais d'apprendre. L'équipe de Grevenmacher est très soudée et j'ai été bien accueilli par mes nouveaux collègues dès le début. La coopération s'est bien passée dès le commencement, je pense que cela est également dû au fait qu'il y a eu une bonne communication dès le début ».

Une nouvelle équipe et une culture différente

Après plusieurs années d'expérience au sein de l'agence DACHSER à Waddinxveen, Christian a soudainement dû faire face à un environnement de travail complètement nouveau, bien que dans la même entreprise. « Au début, il a fallu s'habituer, vous avez affaire à un pays différent et à une culture différente. La culture néerlandaise est un peu plus informelle qu'ici au Luxembourg et en Allemagne. En outre, Grevenmacher est un site légèrement plus petit que Waddinxveen, par exemple, ce qui signifie que vous êtes plus impliqué dans d'autres départements et que vous avez également plusieurs tâches ». Comment Christian voit-il l'avenir ? « Pour l'instant, je me plais toujours beaucoup ici à Grevenmacher et je crois que je peux m'épanouir davantage ici. Je suis reconnaissant de l'opportunité qui m'a été donnée chez DACHSER de me développer dans une autre agence en dehors des Pays-Bas et je recommanderais DACHSER Luxembourg à d'autres. Je crois qu'un jour je reviendrai aux Pays-Bas, c'est là que se trouvent mes racines. Je ne sais pas encore si ce sera dans deux, cinq ou dix ans, mais tant que je me sentirai à l'aise, je resterai ici ».

Contact Joanne Fernandes